François Hollande compte signer un accord politique avec l’Inde sur la vente de Rafale

Ben

Ben

, Non classé

Arrivé en Inde dimanche 24 janvier sur le tarmac de l’aéroport militaire de Chandigarh (Etat du Penjab), où il a été reçu par des danseuses traditionnelles et des géants placés sur échasses, François Hollande a affiché sa la plus grande prudence sur ce qui est de l’enjeu indispensable de sa visite d’Etat en Inde à savoir, le contrat concernant la vente de 36 chasseurs Rafale. Un contrat qu’avait annoncé le premier ministre indien, Narendra Modi, au cours de son séjour à Paris en avril 2015, mais qui confronté depuis à de longues et difficiles négociations.

Les négociations en pleine évolution

Malgré tout, ces négociations évoluent comme l’explique le Président de la République. Mais « nous souhaitons avoir un accord intergouvernemental entre les deux pays, de façon à ce qu’ensuite les entreprises concernées poursuivre le processus jusqu’à la fin. Donc, ici, nous allons passer à un autre niveau qui va dans le sens, nous le souhaitons tous, d’un achat par l’Inde de 36 avions Rafale, parce que l’Inde en a besoin et parce que la France expliqué preuve à l’appui que c’étaient les meilleurs avions du monde ».

François Hollande a évoqué que de cet accord politique la signature de cet accord était soumis à la conclusion de la vente elle-même : « Le contrat lui-même ne peut arriver qu’après l’accord intergouvernemental. »

Un accord politique suivi d’un accord de vente

La délégation française s’attend à la signature d’un contrat signé lundi 25 janvier, à New Delhi, cet accord politique. « Je suis optimiste. Si on quittait d’ici sans, le processus serait retardé », a poursuivi le président un peu plus après, lors du CEO Forum, une réunion entre chefs d’entreprise français et indiens.

En fait, ce niveau est le point d’ouverture d’ « une négociation de marchand de Rafale », plaisante un membre de la délégation. Dans la liste des points d’encombre on trouve, entre autres, le prix final ou la qualité de l’équipement et de sophistication des chasseurs.

L’inde exige un niveau plus élevé pour les avions

L’Inde voudrait que ce dernier soit de niveau plus élevé, dans une situation où l’armée de l’air indienne appelle le gouvernement à renouveler ses troupes qui vieillissent. Concernant la négociation financière proprement dite, elle vient juste de commencer.