Le tribunal militaire israélien reconnaît coupable, le soldat qui avait abattu un Palestinien d’une balle dans la tête

Ben

Ben

, International

Le tribunal militaire israélien a reconnu que le sergent franco-israélien était jugé coupable. Ce dernier était accusé d’avoir abattu d’une balle à la tête un palestinien blessé à Hébron le 24 mars.

Ce mercredi 4 janvier, le tribunal militaire israélien a rendu son verdict concernant le crime commis par un soldat franco israélien. Il a été reconnu coupable d’homicide involontaire pour avoir tué un agresseur palestinien alors qu’il était blessé. Un verdict rendu après trois mois de procès et qui a créé des divisions entre les israéliens.

S’il risque 20 ans de prison, les juges ne devraient pas prononcer la peine encourue par le sergent Elor Azaria, de sitôt. Âgé de 20 ans, il est le premier soldat israélien accusé d’homicide volontaire depuis 2005, d’après la presse. Sur sa page Facebook, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré qu’il serait bien que le soldat Elor Azaria jouisse d’une mesure de grâce ».

Sauf que pour le président Reuven Rivlin tous débats sur une supposée grâce est jugé précoce. Et que toutes les discussions concernant une grâce, ne peut être engagée que par le soldat, son avocat ou encore par sa famille après épuisement des recours juridiques, indique son bureau.

Depuis le mois de mai 2016, le soldat israélien fait face à la justice, parce qu’il a tiré une balle dans la tête d’un palestinien alors qu’il agonisait et était sans danger.

Ce procès diffusé en direct par les chaînes télévisées a dévoilé les grandes divisions provoquées par l’affaire. En fait, les personnes qui défendent le respect des valeurs éthiques par l’armée et ceux qui défendent le soutien aux soldats qui défendent le peuple contre les attaques palestiniennes ont du mal à s’entendre ; en fait, des tensions ont éclaté entre ceux qui défendent le soldat et la police devant le QG de l’armée où le tribunal prenait sa décision à Tel-Aviv. « Le peuple d’Israël ne laisse pas l’un de ses soldats sur le champ de bataille », lisait t-on sur une pancarte. Et tout le monde défend la cause du soldat, surtout qu’en Israël, l’armée est une institution importante et un symbole d’unité pour les habitants de ce pays.