Les socialistes espagnols contraignent Mariano Rajoy de choisir

Ben

Ben

, Non classé

Les membres du parti socialiste espagnol demandent à Mariano Rajoy, président du gouvernement de droite sortant, d’essayer de former une nouvelle coalition ou de se congédier.

Un mois après les élections législatives datant du 20 décembre, et pendant que le nouveau Congrès des députés siège depuis plusieurs jours, aucune solution n’a été trouvée pour former une majorité parlementaire.
Le Parti populaire (PP) de Mariano Rajoy qui a pu remporter les élections, ne dispose que de 123 députés mais sans majorité absolue, car le nombre de voix requis pour avoir la majorité absolue est de 176 élus. Le Parti socialiste ouvrier (PSOE), qui a aussi enregistré une baisse, ne dispose que de 90 élus.

Après, les deux nouveaux arrivants de la classe politique, le parti de gauche anti-austérité Podemos et les centristes de Ciudadanos, disposent respectivement de 69 et 40 députés.

Rajoy obligé de se présenter ou de se retirer

« Nous jugeons que Rajoy est forcé de se présenter comme le candidat à investir (au poste de président du gouvernement) ou d’abandonner décidément son droit de le faire », d’après le PSOE sur son site internet.
Le Parti socialiste poursuit en indiquant que le chef du gouvernement sortant affiche un comportement irresponsable en vue d’assurer sa survie politique.

« Je reste toujours candidat mais je ne peux pas me présenter pour l’instant… »

Mariano Rajoy, après avoir déclaré qu’il essaiera de former un gouvernement et d’avoir la confiance des députés, a surpris tout le monde après avoir indiqué vendredi qu’il abandonnait passagèrement ce projet.

« Je reste toujours candidat mais je ne peux pas me présenter pour l’instant parce que je n’ai pas assez de soutien indispensable », a-t-il détaillé au cours d’une conférence de presse après s’être entretenu avec le roi Felipe VI.
Samedi, le chef du PP, qui veut s’aider de la « grande coalition » lancée en Allemagne par Angela Merkel avec les sociaux-démocrates du SPD, a souligné qu’il poursuivrait le travail avec une alliance politique comme PSOE et Ciudadanos.